Toulouse : zoom sur le dispositif Robien

La saturation de cette ville par les spécialistes toulousains de la défiscalisation (voir plus loin) entre 2004 et 2006 est un cas d'école. En 2011, dernière statistique disponible, il y avait 4000 logements vacants à Carcassonne pour 47000 habitants (71000 avec les 22 communes de l'agglomération). 14 % du parc est vide, soit un logement sur six. La proportion monte à un logement sur trois dans le hameau de Montredon, à 5 km de la cité mé- diévale. Le groupe Akerys a construit deux résidences de plusieurs dizaines de logements, Billie Holyday et Nina Simone, sur Berriac, une commune voisine.

Billie Holyday, livrée en 2007, rebaptisée par la suite «Clos Saint-Hubert», n'avait toujours aucun locataire payant 6 ans plus tard! À peine inaugurée, elle a été squattée.

Une étude publiée en octobre 2012 par la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement de Midi-Pyrénées (Dréal) évoque à son sujet «une valeur patrimoniale quasi nulle pour l'investisseur». Les T 2 achetés sur plan pour quelque 120000€ il y a dix ans sont aujourd'hui invendables.

A tort ou à raison, Berriac est considérée comme mal famée. Beaucoup d'agences locales refusent les biens à louer s'ils sont situés dans cette commune. «Le groupe prétendait se baser sur des études de potentiel locatif qui n'ont jamais existé», relèvent Jacques Bourdonneux et Valérie Boude, du cabinet d'avocats Quadrance, qui défend une trentaine de propriétaires de la résidence Nina Simone (audience le 9 novembre au tribunal de grande instance de Carcassonne). La résidence est aux deux tiers vide. Akerys a vendu au bas mot 500 logements dans l'agglomération entre 2004 et 2006. «Le groupe n'ignorait pas que d'autres promoteurs avaient eux aussi des programmes en cours, poursuit Valérie Boude. Et personne ne pouvait ignorer qu'il y aurait saturation». Et surtout pas le groupe des Toulousains, Akerys, Omnium et Carrère, tous présents à Carcassonne !

Comme à l'accoutumé, ils ont démarché des particuliers le plus loin possible de l'Aude, en leur cachant les réalités du marché local.

Leave a reply