Cautionnement bancaire : Vraie réforme en vue?

Le cautionnement bancaire est la première des obligations demandées par les différentes banques pour accorder à un particulier un crédit immobilier (soit, près de 62% des garanties en 2016). Elle devance ainsi l’hypothèque ainsi que le privilège du prêteur de deniers — le cautionnement bancaire est affaibli par les nombreux dysfonctionnements concurrentiels.

En plus d'orienter leurs clients vers le cautionnement bancaire, les banques obligent leur clients à se tourner vers leurs propres organismes de cautionnement aux clients emprunteurs....

Pour l’épargnant, le choix ce limite alors, dans le meilleur des cas, entre le Crédit logement, la filiale exclusive de la banque et la filiale possédée en commun par les banques !

Conséquences : en plus d'un marché détenu presque à 100% par les banques (96% pour être précis), cette pratique abusive de concurrence "en silo" ne permet pas aux épargnants de tirer parti du grand écart tarifaire constaté entre les différents organismes.

Pour prendre un exemple simple :

La caution CMH du Crédit mutuel est plus de 2,5 fois moins chère que celle proposée par la Camca du Crédit agricole. cf. référence datant de 2014

Saisie en septembre 2014 par l’UFC- Que Choisir, l’Autorité de la concurrence a rendu un avis à l’été 2015 et appelé le Législateur à intervenir pour dynamiser la concurrence sur ce marché.

L’Autorité a même fixé une clause de rendez-vous, à savoir la prochaine transposition de la directive sur le crédit immobilier.

L’UFC-Que Choisir se félicite de cet appel et continue de plaider, au-delà du nécessaire renforcement de l’information des consommateurs, pour un découplage total de l’offre de crédit et de l’offre de cautionnement (comme l’assurance emprunteur), seule mesure structurelle véritablement de nature à permettre aux consommateurs de bénéficier de prix plus compétitifs.

Leave a reply